dimanche 24 avril 2016

Les tests d'ovulation

Vous souhaitez optimisez toutes vos chances de concevoir rapidement votre enfant.
Pour ce faire, vous avez les moyens d'utiliser un test d'ovulation, qui va vous permettre de détecter très facilement votre période de fécondité maximale, soit l'ovulation.

Ses tests sont très fiables à 99%, comme les tests de grossesse. Ils fonctionnent de la même manière. Il vous faudra placer le test d'ovulation sous votre jet d'urine et le maintenir quelques instants afin qu'il soit bien imprégné. Vous pouvez aussi recueillir votre urine dans un récipient stérile et ensuite y tremper votre test... A vous de voir! Il est un moyen très simple et peu contraignant de déterminer votre période de fertilité maximum durant votre cycle.

Ce test permet de détecter la fameuse hormone LH ou lutéinisante qui s'accroit distinctement lorsque l'ovulation va avoir lieu et qu'un ovule va être libéré pour être éventuellement fécondé. On peut le détecter durant environ 1 ou 2 jours durant cette période.

Pour avoir toutes les chances de détecter cette hormone, il faut utiliser le test d'ovulation quelques jours avant la date présumée d'ovulation (en moyenne générale, les cycles durent environ 28 jours pour la majorité des femmes. L'ovulation ayant lieu normalement 14 jours avant l'arrivée des règles, commencez à utiliser votre test aux environs de votre 11ème-12ème jour de votre cycle...).

Lorsque l'hormone est détectée, le test fonctionne comme un test de grossesse. Il indique que c'est positif et que donc, vous êtes en période d'ovulation. C'est donc le meilleur moment pour concevoir votre bébé et d'avoir des rapports sexuels.

Dans tout les cas, lisez bien la notice fournie avec votre test d'ovulation, afin de l'utiliser de manière optimale.

Ils en existent sous différentes formes et on peut les trouver soit en pharmacie, soit sur Internet:

- En tige, relativement lisibles et décryptables (le moins coûteux)

- En batonnet, lisibles et décryptables (ceux-ci sont les plus utilisés car ils sont plus faciles à utiliser que les tests en tiges)

- Des digitaux, très facilement lisibles et décryptables (plus coûteux)

En clair, pour se donner le maximum de chances:

- Lorsque le test d'ovulation est positif, c'est que l'ovulation va avoir lieu dans les 12 à 36 heures qui suivent la lecture du résultat.

- Dés que le test est positif, il est conseillé d'avoir des rapports le jour même mais aussi durant les 48 heures qui précèdent la lecture. L'ovule n'ayant une durée de vie que de 24 à 48h.

- Il apparaitrait que faire l'amour le jour même donne de plus faibles résultats que les jours qui précèdent l'ovulation.

- EN CONCLUSION: Faites l'amour le jour même de la lecture du test d'ovulation positif, mais surtout les 2 jours qui suivent la lecture de celui-ci afin d'avoir un plus fort taux de chance que les spermatozoïdes et l'ovule se rencontrent et s'unissent.

mardi 19 avril 2016

La courbe de température

Voila, votre décision est prise ! Le projet de conception d'un petit bébé est lancé ! Félicitations !!

Maintenant, vous souhaitez optimiser vos chances de tomber enceinte en réussissant à détecter votre période d'ovulation lors vos cycles et pour ce faire, vous choisissez de repérer votre ovulation en prenant votre température tout les jours.

Ainsi, vous allez pouvoir mieux appréhender votre cycle, savoir à quelle période vous ovulez, la longueur de vos cycles mensuels et si vos règles risquent d'arriver à la fin de chaque cycle (ou pas pouvant ainsi laisser espérer un début de grossesse!) ou voir si éventuellement il y aurait un dérèglement hormonal en observant vos deux plateaux.

Normalement, la prise de température ne se fait pas immédiatement lorsqu'on décide de se lancer dans la conception d'un bébé. Celle-ci est quand même contraignante et rappelle à la femme chaque jour que le couple est en « essais bébé », peut aussi un peu la frustrer ou ne lui faire penser qu'à « ça ». La prise de température étant assez fastidieuse à faire quotidiennement.

Les gynécologues préfèrent donc généralement que les couples, dans un premier temps, ne s'embarquent pas dans la prise de température systématique et invoquent le fait que cela peut jouer sur le comportement lors des rapports sexuels et qu'elle influe dés fois défavorablement sur le moral du couple (surtout si on l'a fait tout les mois, pendant une longue période).

Toutefois, si la grossesse tarde à venir, le gynécologue demandera certainement à observer votre courbe de température mensuelle, afin de détecter un éventuel dérèglement (ou pas). Il vous demandera donc, durant 3 cycles environ, de prendre quotidiennement votre température et de la noter correctement afin de lui présenter au prochain RDV.

La courbe de température vous permettra de déterminer par vous-même votre période de fertilité dans le cycle (période d'ovulation) et de laisser penser à un début de grossesse...

Il est cependant des fois difficile d'interpréter soi-même les courbes de température. Certains facteurs sont aussi à prendre en compte comme : Lisa olson, Le stress, la fatigue, une maladie bénigne entrainant une montée de fièvre ect...

La courbe de température (en général) :

Elle présente normalement deux plateaux distincts. Il faut savoir aussi que chaque femme est différente et que donc le corps ne réagit pas pour toutes les femmes de la même façon.

On peut observer qu'en début de cycle, la température du corps varie entre 36 et 36,5°C.

Lors de l'approche de l'ovulation, la température augmente pour atteindre 37°C , se maintient et chute lors de l'approche des règles. Le cycle se termine ainsi, pour en débuter un nouveau. Si la température continue de se maintenir sur le long terme, cela peut pressentir un début de grossesse.

Comment bien prendre sa température :

En premier lieu, il s'agit de prendre correctement sa température.

1. Elle doit être rectale

2. On doit laisser introduit le thermomètre durant environ 3-4 min.

3. Elle doit être prise avant le lever du lit, allongée, le matin, à la même heure systématiquement.

4. Noter, lors de votre prise de température toutes vos remarques durant votre cycle soit :

- Un flux normal (FN)

- Un flux abondant (FA)

- Un flux très abondant (FTA)

Mais aussi :

- Vos pertes blanches, appelées Leucorrhées (PB)

- Les douleurs au niveau de la poitrine (DP)

- Vos maux de ventre (MV)

- Vos maux de tête (MT)

Si vous êtes malade, il faut le noter. Si vous prenez un traitement pour stimuler l'ovulation ou autres traitements, indiquez-les.

Pendant cette période, vous devrez faire preuve de patience, de sérénité, d'observation et d'écoute de votre corps. Ainsi lors de votre prochain RDV gynécologique, vous pourrez présenter à votre spécialiste des courbes de température très complètes.

dimanche 17 avril 2016

La fertilité


http://www.massat-ariege.fr/2016/04/la-fertilite.html

Avant tout, pour comprendre la fertilité, il faut comprendre les mécanismes féminins et masculins.

Chez la femme:

On parle de fertilité féminine lors qu'une femme est en capacité d'être enceinte. Cette capacité arrive
L'âge idéal pour procréer, le moment où la fertilité est a son paroxisme, est 25 ans. A cet âge là, selon les statistiques, les grossesses se déroulent parfaitement bien en général.

A 35 ans, la fertilité diminue. La femme aura plus de difficultés à tomber enceinte.

A 45 ans, la femme n'a pratiquement plus de chance de tomber enceinte naturellement. A la

La femme, dès sa naissance, porte en elle un grand nombre d'ovocytes (ovules non matures) qu'elle épuisera au fur et à mesure des années, à partir du moment où elle aura ses cycles menstruels et qu'ils seront donc arrivés à maturité.

La femme peut être en capacité de procréer dés qu'elle a ses premiers cycles menstruels si un rapport sexuel avec un homme a eu lieu.

Dans le principe de la fertilité, les hormones ont un grand rôle à jouer. La majorité des hormones se situent dans les ovaires mais pas seulement. Le cerveau en contient aussi, notamment dans l'hypophyse et l'hypotalamus. Elles permettent le développement et la libération des ovules.

Chez l'homme:

Contrairement à la femme, l'homme produit au fur et à mesure de sa vie des spermatozoïdes. Il sont renouvellés durant toute sa vie, toutes les 72 heures environ. C'est pour cela qu'on ne parle "d'horloge biologique" que pour la femme.

Les spermatozoïdes sont stockés et fabriqués dans les testicules (ou couramment appelées "bourses"). Pour que l'homme puisse concevoir un enfant, il faut qu'il est la capacité d'éjaculer afin d'acheminer les spermatozoïdes via un liquide appelé sperme, dans l'appareil reproducteur de la femme. C'est ainsi que l'homme conçoit un enfant.

La fabrication des spermatozoïdes et la capacité à éjaculer arrive tôt chez l'homme aussi, très souvent à l'âge de la puberté.

Le diagnostic d'infertilité est établi par un gynécologue lorsqu'un couple, après une année de rapports non protégés voir une année et demie), n'a pas abouti à une grossesse. Il ne faut pas cependant confondre infertilité et stérilité. Un couple souffrant d'infertilité est cependant toujours en capacité d'enfanter, contrairement au diagnostic de stérilité.

Afin d'établir les causes de cette infertilité , le couple se verra prescrire un bilan de fertilité par le gynécologue. L'homme et la femme devront le pratiquer, afin de déterminer si les difficultés viennent de l'homme ou de la femme (voir des deux) et d'essayer de résoudre le problème et d'aboutir à la conception d'un enfant.
ménopause, lorsque les règles disparaissent complétement, il lui est ensuite impossible d'enfanter.

souvent assez tôt dans sa vie, lorsqu'elle voit apparaitre ses premiers cycles mentruels. Cela induit que ses ovocytes sont portés à maturité et n'ont pas été fécondés, donc les règles arrivent pour évacuer l'ovule non fécondé. Les premières règles arrivent très souvent durant la puberté, aux alentours de 13-14 ans (voir des fois soit plus jeune ou plus âgée).

jeudi 14 avril 2016

Grossesse: La fausse couche


La fausse couche est le nom communément appelé pour parler d'avortement spontané. On emploie ce terme jusqu'au 6ème mois de grossesse environ. Ensuite, on parlera d'accouchement prématuré d'enfants "non viables".
La fausse couche est une épreuve cependant très douloureuse et souvent difficile à surmonter pour la femme. Elle peut survenir à différents stades de grossesse, provoquant toujours chez la femme un traumastisme plus ou moins élevé, suivant sa propre sensibilité mais aussi selon le terme où sa grossesse s'est stoppée.

En France, selon les statistiques, il apparaitrait qu'environ 20% des grossesses se terminent ainsi.

La fausse couche provoque des répercussions sur le plan spychologique de la femme.

La fausse couche est trop souvent banalisée par le corps médical qui voit cela comme un accident de la vie. Cependant, si il apparait que pour le corps médical, la fausse couche est un événement tout à fait naturel, la femme quand à elle, vit un réel chamboulement. Elle aura besoin d'en parler, notamment avec son compagnon, mais aussi avec son entourage amical et familial.

Il est très important pour les femmes passant par cette épreuve d'en discuter avec des professionnels de santé, notamment des psychologues.permettant à la femme de prendre un nouveau départ pour sa future grossesse.

L'âge de la femme est aussi déterminant. Au delà de 35 ans, les risques de fausses couches augmentent.

Il y a différentes fausses couches, les voici:

La fausse couche précoce:
Elle survient lors des premières semaines de grossesse. Beaucoup passent même complétement inaperçuent, la femme ne s'étant pas encore rendu compte qu'elle était enceinte. l'oeuf s'évacue alors avec les règles (souvent arrivées avec un petit peu de retard).

La fausse couche précoce peut aussi survenir lors des premières semaines de grossesse. C'est la plus courante de toutes les fausses couches, elles surviennent souvent avant les 12 premières semaines d'aménhorées, ensuite le risque de fausse couche s'éloigne selon les statistiques.

La majorité des fausses couches précoces sont dues à des malformations chromosomiques, le transfert de codage génétique au moment de la fécondation entre l'ovule et le spermatozoïde s'est mal opéré. L'enfant ne pourra pas être viable, l'oeuf sera donc, dans la majorité des cas, évacuer naturellement. La femme peut aussi avoir contracté une maladie qui provoquerait un avortement spontané (la grippe ect...) ou bien, une infection se situant localement (infection vaginale notamment).

Elle peut aussi intervenir si la maman s'est exposée à des toxines dangeureuses pour son bébé telles que le tabac, l'alcool, la prise de médicaments non autorisés pour les femmes enceintes, les radiologies ect...

Lorsqu'on suspecte un éventuel risque de fausse couche, le médecin fait généralement pratiquer plusieurs prises de sang à 48h d'intervalles afin de vérifier l'évolution du taux hCG. Si celui-ci chute ou augmente extrémement difficilement, il y a des risques pour la grossesse s'arrète.

Si l'évacuation de l'oeuf ne se fait pas naturellement, que lorsque l'on procède à une échographie de contrôle, l'embryon est toujours présent, on pratiquera alors un curetage (aspiration de l'oeuf) à l'hôpital, sous anesthésie générale. Cette intervention est rapide et permet aux patientes qui la subissent de rentrer le soir chez elles.

Les symptômes de la fausse couche:

- Saignements de plus en plus importants au fil du temps et des jours.

- Douleurs abdominales pouvant être comparées à des crampes sont observées.

- La disparition des symptômes de grossesse (plus de douleurs aux seins, les nausées qui se stoppent... Indiquent souvent que le taux hCG n'évolue plus et que don la grossesse s'arrète)

Cependant, tout les saignements ne signifient pas qu'une fausse couche va survenir. Les saignements peuvent être dus à des règles anniversaires (règles qui auraient dues avoir lieu à cette date là si il n'y avait pas eu de grossesse), un léger décollement du futur placenta...

Quoi qu'il en soit, dès que des saignements surviennent, des douleurs violentes, rendez-vous le plus rapidement possible chez votre médecin ou aux Urgences Maternité, afin que des examens (prises de sang, tests urinaires et échographie notamment soient pratiqués...).

La fausse couche tardive/ L'enfant mort in-utéro ou à la naissance:
Elles survient en fin de grossesse, lorsque la femme approche ou arrive à terme. Le vécu de cette perte de bébé raisonne différement et plus douloureusement que la fausse couche précoce.

La majorité de ses décès restent souvent sans réponses. Il apparaitrait que la plus grande cause soit le manque d'oxygénation via le cordon ombilical, souvent dû à une mauvaise prise de position du foetus dans le ventre maternel et coincant ainsi l'arrivée d'oxygène qui entrainera le décès in-utéro.

Il pourrait aussi s'agir d'un foetus porteur d'une malformation génétique qui ne lui aurait pas permis d'être viable.

Normalement, cette dure épreuve ne se répète pas. Les mamans qui traversent une fausse couche tardive ont toutes les chances de voir leur prochaine grossesse se dérouler tout à fait normalement et d'avoir un dénouement heureux.

Les fausses couches à répétition:
Les médecins considèrent qu'une femme est sujette aux fausses couches à répétitions dés lors qu'elle en a subit 3 succesives. Il est alors nécessaire de se poser et de pratiquer un bilan de santé complet afin de déterminer des causes qui ont menées à ses avortements spontanés.

Il sera donc établi un bilan sanguin pour rechercher éventuellement du diabète par exemple..., on recherchera les malformations éventuelles de l'utérus ou d'une blessure, les défenses immunitaires maternelles, les éventuels risques infectieux, les éventuelles anomalies génétiques,l'hérédité, la présence d'un fibrome... Pour ce faire, la femme devra subir différents examens médicaux, plus ou moins douloureux ou génants.

dimanche 10 avril 2016

Grossesse rapprochée

Lorsque des parents viennent d'avoir un petit bébé, le premier souvent, et une fois que les nuits commencent enfin à se ralonger, les parents se mettent alors certaines fois à envisager de faire un petit frère ou une petite soeur à leur enfant, afin qu'ils n'aient pas beaucoup d'écart.

Il y a aussi la phase où la jeune maman à un "manque" de la grossesse, qu'elle a souvent vécu prafaitement bien, n'aillant pas d'enfants devant à s'occuper. Le statut de "femme enceinte" lui manque, son ventre lui manque mais pour autant, a-t'elle réellement envie tout de suite d'un second bébé avec les nuits hachées qui accompagnent son arrivée?...

Il faut déjà bien faire le discernement entre ses deux sentiments...

L'envie de retomber enceinte pour revivre comme il y a peu ses beaux moments, qu'on a encore fraichement en mémoire et la réelle envie d'eun deuxième bébé, alors que le premier est tout petit et encore complétement dépendant... Il faut bien avoir en tête que durant les 3 prochaines années, l'ainé va percer ses premières dents, il y aura les maladies infantiles, les nuits agitées et que donc une nouvelle grossesse peut vous rendre vulnérable et plus fatiguée encore... Si vous vous en sentez capable, pourquoi pas.

Il faut aussi savoir qu'une grossesse très rapprochée (avec un écart de moins de 6 mois avec le dernier accouchement) et une grossesse rapprochée (6 mois à 1 an avec le dernier accouchement) présentent souvent certains risques pour la maman et pour le bébé.

Selon certaines études, il apparaitrait qu'un risque de prématurité est plus élevé qu'en l'intervalle entre les 2 grossesses est court.

Les mamans étant très fatiguées par leur première grossesse, sont plus sujettes à l'hyper-tension, aux contractions très tôt dans le déroulement de la grossesse et surtout leurs réserves (notamment en fer) sont extrémement appauvries. Il faudra donc un suivi bien plus particulier pour les mamans vivant cette situation.
Grossesse rapprochée

Il y a aussi le facteur financier qu'il faut bien prendre en compte car 2 grossesses rapprochées, engrengent des frais supplémentaires durant les 3 premières années (couches en double, biberons en double, poussette double, lits parapluie en double, sièges-auto en double... Mais surtout frais de garde en double si les deux parents travaillent...)

Si la maman a accouché par voie naturelles:

Dès son retour de couches, une nouvelle grossesse peut être envisagée mais il faut que tout ses facteurs soient bien pris en compte auparavant et il est préférable de demander l'avis de votre médecin avant de vous relancer dans l'aventure.

Si la maman a accouché par césarienne:

Par recommandations médicales, il est necessaire d'attendre 1 année avant de remettre une grossesse en route, afin que l'utérus soit réellement bien cicatrisé. Une grossesse avant ce laps de temps necessaire peut entrainer des difficultés dans le bon déroulement de la grossesse, autant pour la maman que pour le bébé. Il faut donc patienter et être raisonnable.

Demandez conseils à votre médecin pour tout renseignements complémentaires.

Les symptômes de grossesse:

La poitrine:

Beaucoup de femmes qui vivent une seconde grossesse rapprochée (surtout les grossesses très rapprochées) ont moins de symptômes de grossesse que les autres futures mamans. Surtout au niveau de la poitrine qui semble moins douloureuse et gonflée que lors de la première grossesse. Cela est souvent dû au fait que la dernière grossesse est récente et que par conséquent les seins ont déjà été préparés récemment à l'allaitement. Donc ils s'adaptent plus vite aux nouveaux chamboulements hormonaux.

Les nausées:

Elles sont souvent quand même bien présentes. Mais cependant, toutes les femmes n'en souffrent pas forcément et ce, d'une grossesse à l'autre, cela peut aussi tout à fait varier...

Le sommeil:

Les femmes enceintes restent très sujettes aux somnolences durant les premiers mois de la grossesse.

Le ventre s'arrondit souvent très rapidement car l'utérus n'a pas eu le temps de reprendre sa taille initiale. Votre grossesse sera alors très vite remarquée.

jeudi 9 juillet 2015

10 meilleurs sites qui parlent des maladies hémorroïdaires

Si vous souffrez des hémorroïdes et vous chercher des informations à propos cette pathologie sur internet, vous allez certainement trouver des centaines de sites qui traitent ce sujet. Dans cet article, on vous donnera la liste des 10 meilleurs sites qui parlent des maladies hémorroïdaires afin de vous aider à chercher les meilleurs traitements ainsi qu’à des informations sures et exactes car comme vous savez, c’est un sujet sensible et vous devez par la suite faire attention à votre source d’information pour ne pas appliquer des méthodes qui ne conviennent pas a votre état de santé et qui peuvent par la suite aggraver votre situation. Alors pour ne pas tomber dans ce piège, on vous a rassemblé les 10 sites les plus connus où vous pouvez jouir des méthodes de traitement sures et efficaces.

Il est à noter qu’on s’est basés dans ce classement sur les statistiques effectuées par Google et sur le nombre des visiteurs quotidiens des sites mentionnés ci-dessous :


C’est le premier site qui possède le nombre de visiteurs le plus élevé. Ce site jouit d’une très bonne réputation car il contient toutes les méthodes exclusivement naturelles pour soigner les hemoroide. De plus, vous pouvez en se référant a ce site avoir une large idée à propos les traitements médicamenteux classiques ainsi qu’à tous les types des opérations chirurgicales qui peuvent être effectuées pour soigner les hemoroide.

La créatrice du blog s’appelle Mireille Andriveau. Elle est âgée de 37 ans et elle a souffert pendant 11 ans des c avant de trouver le traitement efficace qui l’a aidé à guérir sa maladie. Mireille connait votre souffrance et vos douleurs par cœur car elle les a vécus avant de tomber sur le traitement miracle. Vous allez certainement trouver ce traitement si vous jetez un coup d’œil sur le blog. Vous allez aussi trouver des nombreux témoignages des personnes qui ont soigné leur maladie grâce à ce site.

La principale raison qui a aidé Mireille à réussir son blog est certainement la stratégie qu’elle adopte dans la plupart de ses articles. Elle parle toujours avec ses visiteurs avec une façon amicale et elle essaye de les encourager parce qu’elle connait certainement leurs douleurs qui influent négativement sur leurs état psychologique. La douceur de Mireille est certainement la clé de son succès.

  • Site numéro 2 : www. hemoroide. org

C’est un blog très humain de Christian Garconnet, qui a 51 ans et qui a été aussi une victime des hémorroïdes pendant des nombreuses années. Mais aujourd’hui, et après avoir tiré au trait sur sa souffrance, il a créé le blog afin d’aider le maximum possible des personnes à atteindre la guérison.
Le blog contient des articles bien rédigés qui expliquent l’origine des hémorroïdes et leurs symptômes ainsi qu’ à des idées pour soulager les crises.

  • Site numéro 3 : www. hemoroide. fr

Vous allez dans ce site trouver une définition complète des hémorroïdes, de ses différents types, de ses symptômes mais aussi vous trouverez quelques conseils pour soulager les symptômes désagréables. Les articles sont longs, clairs et rédigés avec beaucoup de délicatesse.

  • Site numéro 4 : www. hemoroidetraitement. com

Ce blog traite le sujet des hémorroïdes de ces origines et les articles contenus dans le site sont bien riches et variés. Vous trouverez ici des exercices et des conseils sérieux pour traiter tous les types d’hémorroïdes. 

  • Site numéro 5 : www. hemoroide .ca

Ce site contient des méthodes faciles pour guérir les hémorroïdes chez soi. Il s’agit de même des méthodes naturelles qui se basent sur le régime alimentaire et l’activité physique.

  • Site numéro 6 : www. hemoroidee. com

Le site est encore neuf car il n’a pas été créé depuis longtemps. Son propriétaire s’appelle Nabil et il a été attaqué par des crises hémorroïdaires depuis 5 ans. Il essaye alors à partir de ce site de rassembler les gens comme lui et les aider à traiter leurs crises par des moyens naturels et efficaces afin de retrouver une vie saine.

  • Site numéro 7 : www. hemoroides. net

Madame Paule Renthais est la créatrice du site. Elle n’a pas souffert d’une maladie hémorroïdaire dans le passé mais elle vous offre comme même dans son blog des solutions efficaces pour soigner le problème des hémorroïdes de ses racines. Les articles de ce blog sont aussi clairs, longs, et bien documentés. Vous pouvez aussi trouver des schémas et des vidéos accompagnants les articles pour vous faciliter la tache.

  • Site numéro 8 : www. halte-hemoroide. com

Le créateur de ce blog s’appelle Kevin. Il a 29 ans et il habite dans les régions parisiennes. Il a réussi ça fait 3 ans, de se débarrasser de ses crises d’hémorroïdes. Et après les avoir soignés, il a décidé de faire un blog pour partager avec les victimes des hémorroïdes des astuces et des conseils très efficaces pour dire halte aux hémorroïdes. Vous trouverez dans ce site des articles bien rédigés et bien clairs.

  • Site numéro 9 : www. hemoroide-traitement .com

Ce site ne contient pas beaucoup d’articles mais vous trouverez comme même des conseils très pratiques et faciles a appliquer afin de guérir vos crises hémorroïdaires.


  • Site numéro 10 : www. sos-hemorroides .fr

De nombreux articles sont présents dans ce blog qui traite le sujet des crises hémorroïdaires d’une façon très bien détaillée dés le diagnostique jusqu'à le traitement. Les méthodes de traitement citées dans ce site sont aussi efficaces et naturelles.

Alors comme vous avez vu, ce sont les 10 meilleurs sites classés selon leur efficacité à aider les gens à atteindre la guérison ainsi qu’au nombre de leurs visiteurs. Essayer de les visiter tous et vous allez sans doute trouver un traitement efficace qui vous convient mais essayez surtout de ne pas appliquer des méthodes inconnues que vous ne connaissez pas sa source exacte.